L'art et l'emballage

Que ce soit par goût ou par nécessité, les artistes ont, depuis l’époque moderne, volontiers eu recours aux matériaux de récupération, notamment ceux issus de l’univers de l’emballage et du transport.

Dès le XIXe siècle, on voit apparaître des huiles sur carton - support moins onéreux que la toile, permettant de rapides pochades sur le vif. Au XXe siècle, la notion de réemploi, de récupération, devient prédominante et catalyseur d’inspiration. On le voit chez Picasso qui, à partir de 1912, abandonne la sculpture traditionnelle et commence sa série de Guitares, assemblages innovants de matériaux « pauvres » : bois, carton, ficelle. Il sera ensuite suivi par Henri Laurens et Picabia, qui composeront à leur tour des assemblages dans le même esprit.

Plus tard, dans la lignée des ready-made de Marcel Duchamp, Warhol impose dans les années 1960 ses cartons de lessive Brillo Box et autres conditionnements de transport pour les Campbell’s Soup ou les Kellogg’s Corn Flakes qu’il érige en œuvre d’art. Le packaging est alors perçu comme une pratique artistique à part entière, et Warhol invite le spectateur à changer de regard sur ces cartons destinés au transport, puis au rebut. Ce changement de perception est tel qu’ils basculent ainsi du low art au high art, des arts modestes au grand art, de l’utilitaire au créatif via le pop art. Réalisée entre 1974 et 1987, la série des Times Capsules de Warhol va plus loin encore, avec une surprenante séquence de 612 cartons de déménagement, remplis de souvenirs personnels divers de l’artiste, classés méthodiquement par thématiques, et ensuite fermés et envoyés dans un dépôt.

En France, les nouveaux réalistes s’intéressent eux aussi aux cartons et matériaux déshérités, humble mémoire du quotidien, comme Arman avec sa Poubelle des Halles, 1961, accumulation de papier journal, carton, plastique et divers, dans une boîte en bois et verre. César, pour sa part, se livre à des compressions de cartons, en 1975, ou de cageots, en 1976, et d’emballages de toute sorte, dans une démarche de réduction minimaliste et radicale, de retour à l’essentiel.

Une toute nouvelle approche est abordée avec Christo, à partir des années 1980 : l’art de l’emballage, esthétique et audacieux, avec le Pont Neuf à Paris en 1985, le Reichstag à Berlin en 1995, ou encore des arbres empaquetés en Suisse... L’emballage devient alors un acte artistique assumé, autour d’un élément patrimonial qu’il occulte et métamorphose. Le « contenant » prend le pas sur le contenu, l’emballage attire les regards et devient plus important que ce qu’il contient. Traditionnellement, la raison d’être de l’emballage se décline en trois mots : protéger, transporter, offrir. Ambivalent, il présente le paradoxe de mettre en valeur et de cacher. Il privilégie un temps de suspense avant de révéler ce qui est occulté, de rendre visible, telle une boîte de Pandore aux secrets insondables.

Avec le mouvement de l’Arte povera à partir des années 1960-1970, le recours aux matériaux pauvres et objets de rebut devient systématique, véritable ascèse qui impose à l’artiste un dépouillement total de moyens pour la réalisation de ses œuvres, afin de libérer une créativité pure, comme dans le Labyrinthe en carton ondulé de 2011 de Michelangelo Pistoletto.

Le groupe Supports/Surfaces, fondé en 1969, s’intéresse également aux matériaux de récupération les plus divers, et Claude Viallat utilisera même des boîtes en carton dans certaines de ses œuvres.

On pourrait encore citer bien des artistes inattendus, qui, à un moment de leur vie, se sont intéressés à l’emballage et à ce matériau modeste qu’est le carton.

Il y a, par exemple, Louise Nevelson, dans les années 1960, avec ses assemblages et découpages réalisés avec du carton, préfiguration de ses compositions-sculptures en bois peint. Ou encore Bernar Venet, avec la série des Reliefs cartons, en 1963, aux antipodes de ses sculptures méthodiques en acier. Ben joue le jeu aussi avec autodérision en 1966, en inscrivant sur un carton : « Cette boîte contient ma prétention qui suffit amplement... ».

Plus actuels que jamais, les matériaux de cartonnage, de plastique et de récupération mais aussi la représentation des emballages eux-mêmes continuent à inspirer et « emballer » les artistes de notre temps, qui les métamorphosent et leur donnent une nouvelle vie, un nouveau « karma », à tel point qu’ils en ont fait des éléments incontournables de la création contemporaine, comme le démontre la collection RAJA Art.

Fermer Lire la suite

Jef Aérosol

Bandana

Valery KOSHLYAKOV

Poséidon

Valery KOSHLYAKOV

Iconus 1

Sarah CAIN

Untitled (Barefoot)

Andrea Bowers

Marianne is a Transfeminist

Pierre Daquin

Interface #9

Juliaan Andeweg

Al-Kdhir

Jacques Clauzel

Sans Titre

Jorge Luis Hernandez POUYU

La Estación Roja

Arthur DJOROUKHIAN

Love

Mâkhi XENAKIS

Les créatures bleues

Caroline Achaintre

Mollon

PIERRE RIBA

VAGUE DE LUNE

PIERRE RIBA

PETIT MATIN

PIERRE RIBA

STELE A LA LUNE ROUSSE

Danielle Prijikorski

SANS TITRE

Danielle Prijikorski

SANS TITRE

Danielle Prijikorski

UNTITLED

Danielle Prijikorski

Sans titre

Arne QUINZE

Africa electronica

Paul Wallach

Seuil

Malvina SILBERMAN

Série Céline Carton “Sans titre”

Joris Van de Moortel

A room full of OSB

Joris Van de Moortel

Scale model

Kirill CHELUSHKIN

Blue Bridge

Ricardo Brey

Keep your lamp trimmed

David KRACOV

Pushing the envelope

 AJER

You can see infinity

Sylvain Fornaro

Très fragile

Sylvain Fornaro

Sans Titre

Sylvain Fornaro

Carton G39

Antoinette OHANNESSIAN

J’écoute la radio

Rafael BARRIOS

Vertical dislocado en tres tiempos

Alexis Hayère

« Masking tape »

Mireille Vitry

Resurgence 1

Mireille Vitry

Emergences 2

Jean-Pierre SCHNEIDER

Cartons 27 VIII 03

Jean-Pierre SCHNEIDER

Le carton du 15 X 03 2/2

Jean-Pierre SCHNEIDER

Le carton du 27 XI 03

Jean-Pierre SCHNEIDER

Le carton du 15 X 03 1/1

Jean-Pierre SCHNEIDER

Le carton du 30X04/ à l’ordre du jour 30×04

Noëlle ROUDINE

Vague à l’âme

Dimitri Tsykalov

Head

Adeline Ternant

Board Scratcher

Francisco Salazar

Construction dans le vide n°8

Manuel Merida

Circulo Europeo

Pierre Laniau

Sans Titre

Jean-François Auber

Sans Titre

Jean-François Auber

Papillote

Jean-François Auber

Remix 08-19

Pascal Guacolda

Broderie contemporaine

Cátia Esteves

Gota C

Michael Delucia

Pyramid

Patrice Pantin

Empreinte de sable

Yves HELBERT

The Attic

Pierre Antoniucci

Bois

Pierre Antoniucci

Le tube

Philippe Geluck

Christo

Odile de FRAYSSINET

Grise cet été

Nathalie Elemento

État d’éveil

Nathalie Elemento

État de veille

Medjid HOUARI

La sérénité

Nathalie Elemento

Légers replis

Marc Bourlier

Hommage au micro-sillon n°31

Marc Bourlier

Hommage au micro-sillon n°23

Marc BOURLIER

Série Pictogramme – Pictogramme n°30 2/2

 Ciris Vell

Eclipse grise / Ascension

Louise NEVELSON

Untitled

Laurent Baude

Série Tapage nocturne 2/2

Laurent Baude

Série Tapage nocturne 1/2

Laurent BAUDE

Ableau

Laurence JENKELL

Bonbon européen N° 1264

Gabrielle WAMBAUGH

Tas

Eva JOSPIN

Forêt 12

Cole MORGAN

What pink Does IV

Claude VIALLAT

PP008

Claude VIALLAT

PP007

Claude VIALLAT

Rencontre d’atelier Exemplaire 19

Christian RENONCIAT

Carton déchiré en deux

Bernar VENET

Livre Noir

 ASHLEY

Le livre

 ASHLEY

Le baiser des tabourets

Antoni TÀPIES

Deux noirs et carton

Bernard PRAS

Mappemonde RAJA

Antoine SCHNECK

Centre de distribution RAJA

 TAKA

Composition n°852207

Dominique De BEIR

Il fait grand bleu

Rodrigo MATHEUS

Breeze

Stéphanie-Maï Hanuš

Robe noire du Chaman Zita-Niya

Thomas LEROOY

Souvenir

David SCHERER

They triple play

Christian RENONCIAT

Grande enveloppe

Emmanuel Régent

Décisif

Yrjö EDELMANN

Stringed night parcel

 Collectif de femmes

Recycsac Plasticipatif

Stéphane CIPRE

Dream Pack

Marc BOURLIER

Série Pictogramme 1/2

Jaildo MARINHO

Palette

Peter Klasen

Volant Corrosif/ Inflammable/ F4V/ C.4

Ivan Sigg

Créateur-Partisan-Concubin

Gabrielle Wambaugh

Bubble rap

Pauline Fillioux

Un jour ou l’autre