Eva JOSPIN - France

Forêt 12

2014

Bois et carton - 250 x 360 x 40 cm

(Cliquez sur l‘image pour zoomer)

C’est le vent qui murmure dans les feuilles mortes
« Mi ritrovai per una selva oscura » (1)

C’est avec patience qu’Eva Jospin élabore ses œuvres ; c’est avec patience qu’il faut les observer et même les vivre. L’artiste travaille le carton - matériau a priori brut, sans attrait ni apprêt - pour concevoir volume et perspective. C’est une certaine vision d’un art dit « pauvre », portant une attention soutenue au matériau, à l’implication physique de l’artiste et au contexte spatial de sa présentation. Une dichotomie est présente dans ce labeur, entre violence du geste (déchirer et lacérer le carton) et finesse du résultat final, lorsqu’elle apparaît subtilement ouvragée.

(1) « Il arriva que je m’égarai dans une forêt sombre »
Dante Alighieri, La Divine Comédie : L’Enfer, Chant I (la forêt obscure), première édition posthume de 1475. Traduction de Jacques-André Mesnard, 1854.

En savoir plus sur Eva JOSPIN